L’homme au scénario d’or

Un dimanche de décembre ça peut être jour pourri, voire pire un jour où on travaille pour faire en sorte que sa semaine soit moins pourrie, ce qui de toute façon arrivera donc autant ne pas travailler le dimanche. Mais entre la victoire d’Emmanuel Moire à Danse avec les stars et l’échec des négociations européennes sur le budget de l’Union, le meilleur moyen de ne pas croire dans la décadence est de replonger dans le passé.

Il y a deux manières de replonger dans le passé : la bonne et la mauvaise et heureusement pour vous, vous ne possédez aucun album de Hervé Vilard ! La balle est dans votre camp !

J’ai choisi d’aller au cinéma pour me replonger dans la crise américano-iranienne de 1979. Oui souvenez vous, à cette époque la CIA fait et défait des gouvernements avec la discrétion de Lady Gaga et la finesse Nicky Minaj. Le peuple d’Iran passe d’un premier Ministre élu à un nouveau Shah restauré qui se comporte avec ses sujets comme Arthur avec les téléspectateurs. Du coup, Bam il le renverse et puis il met un autre tyran à la place, l’Ayatollah Ali Khamenei. Le Shah déchu (captes-tu lecteur, cette discrète allitération ?) trouve refuge au pays de Paris Hilton (pas encore née à l’époque et après on ose dire que la décadence n’existe pas). Le Peuple d’Iran réclame son retour pour le juger (rapidement) et sans doute le pendre (publiquement). Coup sur coup, la manifestation devant l’ambassade américaine se transforme en prise d’otage. Dans la cohue, 6 diplomates quittent l’ambassade et se réfugient chez leur voisin du nord Tabernacle.

La suite est  l’histoire (inspirée de fait réel, comme Pierre Bellemare mais en mieux) de leur sauvetage par un mec ultra sexy en mode année 70 transition années 80 (donc discret mais audacieux). Il bosse à la CIA et pond une méthode d’exfiltration grandiose, géniale et aussi risquée que les spaghettis sur chemise blanche un soir de premier rdv.

Alors que dire, si ce n’est que le stress vous prend les tripes et que le petit Ben Affleck (réalisateur et premier rôle) nous montre un jeu un peu plus fin que Dardeville et plus coriace que Amour trouble.

Donc gogogo ! D’autant plus que ça vous rappellera utilement que 30 ans auparavant l’Iran a attaqué à l’Irak, qu’on pouvait être cool avec des Ray-Ban et des cols ultra larges et que oui les gens de la CIA sont parfois humains.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s